Face aux inégalités scolaires, Emmanuel Macron plaide pour un réajustement du temps scolaire

Les inégalités scolaires, un sujet au cœur de la politique du Président

En visite dans une école marseillaise en cours de rénovation, le président, Emmanuel Macron, a demandé une refonte du temps scolaire dans l’année pour combattre les inégalités. “Il faut repenser ce temps dans l’année. Quand on a des vacances de trois mois, l’inégalité revient”, a déclaré le Chef de l’Etat qui considère ce délai comme contributif à la reprise des inégalités scolaires.

Tour Eiffel Monument parisien

Ouverture des écoles de la maternelle aux collèges

Des annonces concernant l’ouverture des collèges de 8h à 18h et l’accès à la maternelle dès deux ans dans les quartiers d’éducation prioritaire ont été faites. Une réduction du nombre d’élèves par classe en moyenne section, ou encore l’achèvement des dédoublements en grande section sont également envisagés pour la maternelle. En effet, cette période est considérée comme déterminante dans l’acquisition du langage et du vocabulaire.

L’école du futur : une école innovante et autonome

“Encore plus de liberté et d’autonomie”, telle est la vision d’Emmanuel Macron pour les enseignants et les directeurs d’établissements. Une expérimentation pédagogique baptisée “l’école du futur” avec une éducation numérique bien-sûr, dotée de 2,5 millions d’euros, a été mise en place à Marseille en septembre 2021, avec l’ambition d’être étendue à l’ensemble du territoire.

Des inégalités scolaires renforcées durant les vacances

L’état des lieux des inégalités scolaires est d’autant plus préoccupant que les grandes vacances approchent. En effet, une étude récente du ministère de l’Éducation a révélé un écart de 20 points entre les résultats des élèves en zone d’éducation prioritaire et les autres en début d’année de CP. Cet écart ne cesse de se creuser, notamment pendant les grandes vacances, ces derniers n’étant pas tous accompagnés de la même manière.

Des mesures ciblées pour les collèges en REP

Diverses mesures sont envisagées pour les élèves des quartiers d’éducation prioritaire. L’accueil en maternelle dès deux ans et la possibilité pour les collégiens de rester dans leur établissement de 8h à 18h, avec un meilleur accompagnement et de l’aide pour les devoirs, sont notamment à l’étude. De plus, la refonte du temps scolaire est aussi perçue par de nombreux experts comme un moyen de lutte contre les inégalités.

Des consultations indispensables et attendues

Ces annonces, réalisées sans concertation préalable, ont provoqué des réactions mitigées de la part des syndicats d’enseignants qui attendent des consultations pour la mise en œuvre de telles mesures. La ministre de l’éducation nationale, Pap Ndiaye, n’était d’ailleurs pas présent lors de ces annonces surprenantes du Président.mcorper.

Projet grand paris vu d'ensemble Carte schématique

Une considération des enjeux offerts par le temps scolaire

Alors que les vacances d’été sont généralement perçues comme une période de repos bien méritée pour les élèves, le Président Emmanuel Macron met en avant le rôle que ce temps libre peut jouer dans la persistance des inégalités scolaires. Pour le chef de l’État, le temps libre n’est pas sans conséquence : il est en effet craindre que les élèves les plus défavorisés, sans soutien adapté pendant les vacances, ne bénéficient pas pleinement de ce temps libre pour consolider leurs acquis.

Un rôle clé pour l’école maternelle

Dans le cadre de ces mesures, l’école maternelle est bien entendu identifiée comme ayant un rôle crucial à jouer. Le chef de l’état souhaite que les enfants puissent être accueillis dès 2 ans, avant même l’entrée à l’école. Il propose ainsi de réduire le nombre d’élèves par classe en moyenne section, et d’achever le dédoublement en grande section. Ces mesures ont pour objectif d’améliorer l’acquisition du langage et du vocabulaire, étape clé pour la suite du parcours scolaire.

Prendre en compte l’avis des professionnels de l’éducation

Ces propositions, si elles sont intéressantes, doivent toutefois être mises en œuvre avec précaution, en respectant les professionnels de l’éducation. Les syndicats d’enseignants attendent d’ailleurs des consultations sur ces mesures qui ont été annoncées sans concertation préalable. Il sera nécessaire d’impliquer pleinement les enseignants dans la mise en place de ces nouvelles directives pour garantir leur succès.

Notre avis

Nous applaudissons l’initiative du Président Emmanuel Macron de s’attaquer aux inégalités scolaires, un problème tristement omniprésent dans notre système éducatif. La réévaluation des temps scolaires et l’importance donnée à l’école maternelle sont des pistes intéressantes pour atténuer ces disparités. Cependant, nous insistons également sur l’importance de consulter et impliquer les professionnels de terrain, les enseignants, dans la mise en œuvre de ces nouvelles mesures. Sans leur précieux retour et leur adhésion, même les propositions les plus bienveillantes risquent de rester lettre morte. Pour une réelle réussite, l’éducation doit être une œuvre collective, respectueuse du travail de chacun.

À retenir de “Lutter contre les inégalités scolaires”

– Le Président Emmanuel Macron propose de revoir les temps scolaires pour lutter contre les inégalités.
– L’école maternelle est reconnue comme ayant un rôle crucial dans l’acquisition du langage et du vocabulaire.
– Les mesures proposées ne feront sens qu’avec l’implication des professionnels de l’éducation, qui doivent être consultés.

Le Président Emmanuel Macron propose un réajustement des temps scolaires pour lutter contre les inégalités scolaires. Une attention particulière doit être accordée à la mise en place de ces mesures notamment en impliquant les professionnels de l’éducation à chaque étape pour garantir leur succès. Le défi est grand, mais l’initiative est louable. Reste à concrétiser ces belles intentions.